Battambang : cours de cuisine Khmer et galère en croisière

Battambang : cours de cuisine Khmer et galère en croisière

Notre plus long trajet en bus pour rejoindre Battambang

Pour rejoindre Battambang depuis Kampot, on a été obligé de repasser par Phnom Penh et y effectuer un changement de bus (avec 1h30 « d’escale » entre les 2 trajets). On a eu le droit a une petite panne en cours de route (la 2ème après celle du Laos, on était plutôt chanceux jusqu’a présent) avec changement de courroie. En Asie, les chauffeurs ont tous les outils et le matériel pour retaper les bus en cas de pépin en route ! On voit mal un chauffeur de bus en France faire ça 😀

Une journée super sympa dans les transports comme on les aime, où nous sommes partis le matin sur les coups de 8h pour arriver à Battambang à 22h, soit 14h pour faire 450km ! Le mieux dans l’histoire, c’est qu’il s’agissait du nouvel an chinois (28/29 janvier) et donc les prix ont gonflé pour l’occasion ! Happy new year 🙂

Il faut quand même y voir du positif dans ce trajet. Avec notre réservation d’hôtel, on avait le droit à un tuktuk gratuit depuis la gare routière. Sauf que pour ça, faut les appeler pour dire « youhou on est là ». On a donc demandé à un Cambodgien s’il pouvait passer un petit coup de fil pour nous et 10min plus tard, on était dans le tuktuk.

Atelier des chefs version Khmer

Nous avons rejoint Battambang surtout pour faire la « croisière » afin de retourner à Siem Reap. Notre vol pour rejoindre les Philippines partant de là, on en avait entendu dire du bien et ça change du bus. En regardant les activités sur place, vu qu’on ne restait pas très longtemps, c’était :

  • soit faire un tour de vélo dans la campagne ce qui aurait pu être bien sympa
  • soit visiter des temples mais ça ne valait pas Angkor
  • soit faire un cours de cuisine en passant par le marché

On s’est laissé tenter par cette dernière option, étant donné qu’on aime bien cuisiner tous les 2 🙂 . L’école de cuisine qu’on avait choisi, pour son coté plus sympa, été fermée (Coconut Lyly) ! On s’est rabattu sur l’école voisine : Nary’s Kitchen.

Le tour du marché était intéressant pour découvrir les fruits et légumes d’Asie (bon on a pas tout retenu en mauvais élèves !), le cours était cool même si on était un peu nombreux ce jour là. On a eu le droit à 2 chefs pour nous encadrer. Nous étions scindés en 2 groupes. Notre chef était assez comique et directif, mais il fallait prendre ses remarques au second degré du genre « je veux 3 rondelles de tomates dans l’assiette, pas 4 » ou encore « tu fais la tâche et tu retournes chez toi », « mets le sucre blanc, le sucre des touristes. Le sucre local, c’est le sucre roux ».

Au menu du jour, 3 plats et 1 dessert :

  • Fish Amok
  • Boeuf Lok Lak
  • Nems
  • Banane Tapioca

Pour les fins gastronomes, quelques explications des plats :

Pour le fish amok, on place un morceau de poisson cru dans une feuille de bananier en forme de récipient. On y ajoute une mixture d’épices et de plantes (ail, citronnelle, galanga, curcuma, sel). On cuit le tout à la vapeur et ensuite on ajoute le lait de coco. Miam !

Les nems étaient forcément moins bons que ceux de Papa et Maman Do (tout juste auréolés du titre de champion national du Nem made in Vietnam) Il était surtout végétarien (légumes party) et nous on préfère la viande ! Rien de bien extra a décrire 🙂

Le boeuf Lok Lak lui était pas mal ! On fait mariner la viande un mélange de sauces (tomate, soja, huitre). On y ajoute du sucre, du poivre et de l’ail. On cuit la viande dans la poêle avec des flammes qui jaillissent et c’est prêt. Pour la présentation, le chef a superposé un oeuf au plat au dessus de la viande. Ce qui fait que malheureusement dans la photo ci-dessous on ne voit pas la viande.

Le dessert lui était tout simple à faire et pourtant très bon pour les amateurs de coco. On coupe une banane en morceau et on fait bouillir tout dans l’eau avec les billes de tapioca. On baisse à feu doux pour y ajouter le lait de coco et le sucre et c’est prêt.

C’était bon et les portions correctes. Le tout pour à peine 10$ par personne ! Et en plus on repart avec le livre de cuisine pour refaire les recettes à la maison 😉

  

Quand croisière rime avec galère !

Nous avons donc choisi de rejoindre Siem Reap en bateau plutôt qu’en bus. Le but : voir les paysages au fil de l’eau, profiter du soleil sur le toit du bateau en naviguant tranquillement, passer au travers des villages flottants et voir comment vivent les gens au fin fond de la campagne.

On a eu le droit à tout ça, c’était beau ! Sauf qu’au 30 janvier, on est en plein milieu de la saison sèche (on recommande évidemment d’éviter cette période) et le niveau de l’eau a énormément baissé sur la première partie du trajet. Le bateau s’est embourbé 4 fois, il y avait par endroit à peine 30 centimètres d’eau !! Et donc pour avancer pas le choix, tout le monde à l’eau et on pousse le bateau hahaha 🙂

La grosse galère par contre c’est quand le capitaine nous a dit de sortir du bateau (en cambodgien) et de marcher car avec le poids des passagers, pas moyen d’avancer ! Nous, on avait compris que c’était juste pour contourner le lacet devant nous (100m à faire donc à pieds). En vrai on a marché 2km sous le soleil de plomb à midi pétante ! Le pire dans l’histoire c’est qu’on avait donc laisser nos chaussures de randos dans le bateau ! On a eu mal à nos petits pieds (terre sèche bien dur, sol brulant…) 😀

Un autre pépin de taille : le bateau a foncé tout droit dans le lacet car la corde de direction a cassé ! On s’est pris la rive et les arbres en face ! Sur le coup ça fait un peu peur 🙂 !

Au final on garde un bon souvenir de ce trajet, le village flottant était vraiment sympa à voir et n’était pas du tout touristique contrairement au lac Inle, c’était vraiment authentique. On en rigole maintenant des passages galères mais sur le coup on faisait pas les fanfarons haha. On se souvient d’un étranger qui a dit « Hé dire qu’on a payé 3 fois plus cher le bateau que le bus » 😀

Le point chiant c’est que le bateau nous dépose loin de Siem Reap, on est obligé de prendre un tuktuk (30min pour rejoindre le centre). On l’a partagé avec 2 françaises en vacances et on s’en est sorti pour 20$ à 4.

  

Infos utiles

– Bus de Kampot à Battambang : 17$ par personne à cause de la majoration du nouvel an chinois, sinon 14 ou 15$
– Nuit à First Hotel : 3,30€ par personne et par nuit avec tuktuk pour venir nous chercher de la gare routière à l’hotel.
– Cours de cuisine à Nary’s Kitchen : 10$ par personne
– Croisière ou galère de Battambang à Siem Reap : 20$ par personne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.